Le FILM 

REBELLE production

Home_1600x1200_ProjetMandrin_ok - copie

Weapons ONE  L’HISTOIRE  Weapons ONE

 MANDRIN   contrebandier & rebelle

Un film de Jean Max Peteau                Scénario Jean Max Peteau et Michèle Laurence

En France, première moitié du XVIIIème siècle dans le Dauphiné… C’est le règne des Fermiers Généraux

La France est écrasée d’impôts prélevés par des Fermiers Généraux sans pitié. Louis Mandrin, à la tête d’une cinquantaine de compagnons d’armes, en mettant la contrebande au service des humbles en rançonnant les puissants, crée sa légende de son vivant !

Louison, Le Major, Brutal, La Tendresse

IMG_1118 

                 Colonel Fischer
12039733_10206380476784125_8727927852648249274_n12046845_10206380420982730_7482151588904078728_n

     Nous sommes en 1734 dans le Dauphiné, les ennemis désignés sont les Fermiers Généraux et leurs sbires chargés de lever   les taxes.
Le peuple est écrasé d’impôts prélevés dans l’injustice et la violence. La révolte gronde.

Louis Mandrin, 9 ans, son jeune frère Pierre et ses amis, Court-Toujours, Coquillon, et Louison jouent à se tuer dans les ruelles de Saint-Etienne de St-Geoirs. Quelques années plus tard, son père décède, Louis n’a que 17 ans. Il devient alors le chef de famille de 8 frères et soeurs.

Un revers de fortune le contraint à signer un contrat avec la « Ferme Générale  de France » qui ne l’honorera pas, et causera le début de sa ruine. Pour subvenir aux besoins de sa famille, il commence à commettre vols et méfaits. Dénoncé à Sigismond Moret, employé de la Ferme, par l’Abbé Biessy, curé du village, Pierre Mandrin est pendu pour faux monnayage. Il participe alors à une rixe sanglante et il est à son tour injustement condamné à mort par contumace.

Tous ces évènements font monter la colère et le besoin de vengeance chez Mandrin. Louis, son frère Claude et ses compagnons d’enfance sont contraints à la clandestinité. Ils s’enfuient de l’autre côté de la frontière, en Savoie et entrent dans la bande d’un chef contrebandier renommé, Jean Belissard. Par son charisme et son autorité, Mandrin prend très vite la tête d’une armée de contrebandiers, et met en place une organisation de contrebande redoutable et quasi–militaire.

Il aura un « coup de génie » en vendant, sous la menace, le tabac de contrebande à la Ferme Générale. Il parcourt alors des centaines de kilomètres à travers plus d’un quart de la France.
Le fait qu’il défie et mette à mal les collecteurs d’impôts détestés du peuple, le transforme rapidement en héros. Louis Mandrin devient en deux ans, l’ennemi public N°1, une menace pour l’Etat. Exaspérés, les Fermiers Généraux en appelle au Roi Louis XV et à son armée. Mandrin et sa bande sont poursuivis par les Chasseurs du Colonel Fischer donnant lieu à de violentes batailles mais l’intelligence de Mandrin lui permettra d’échapper à tous ses poursuivants.

Trahi, il est capturé illégalement par les hommes de La Morlière, chef de la mission anti-contrebande, dans le Château de Rochefort en Savoie où il s’est réfugié dans la nuit du 10 au 11 mai 1755 avec son lieutenant Le Major. Il est ramené devant « le Tribunal de sang » de Valence .

Le Roi de Sardaigne, Charles Emmanuel III, devant cette intrusion dans son territoire demande l’extradition de Mandrin. Pour éviter l’incident diplomatique, Louis XV va céder, mais les Fermiers Généraux activent le procès. Il est jugé de façon expéditive. Il est exécuté le 26 mai 1755. Louis Mandrin est roué vif, son bourreau lui brise les membres avec une barre métallique puis il est placé sur la roue. Durant son supplice, Mandrin est resté digne et silencieux devant une immense foule venue voir son héros. La révolution aura lieu quelques années plus tard. La légende continue…

VOLTAIRE  a dit « Mandrin est celui qui prend à ceux qui ont trop pour le donner à ceux qui n’ont pas assez  »

tresor-1